Qu’est-ce qu’un traitement écologique de l’eau?

Un traitement écologique vise à purifier, organiser et dynamiser une eau pour obtenir une boisson qui soit aussi bonne que celle provenant d’une source souterraine.

Il doit se composer de trois éléments essentiels, à savoir: une filtration précise; une désinfection qui peut se faire au charbon actif, par exemple; et une technique magnéto- ou électro- hydrodynamique comprenant ou non un vortex.

Ces différentes étapes permettront ainsi de retenir les particules en suspension, désinfecter et éliminer les différents agents pathogènes et équilibrer les différents sels minéraux présents dans l’eau.

Placée le plus souvent à l’entrée générale de la distribution d’eau froide et d’eau chaude d’une maison ou d’un immeuble, une installation de traitement écologique protège aussi les différentes installations sanitaires contre les méfaits du calcaire et de la rouille.

Depuis les années huitante, les universités et les écoles polytechniques fédérales suisses s’intéressent à ces traitements écologiques au point de les intégrer dans leurs programmes de recherche et cursus universitaires.

Pourquoi préférer un tel traitement?

Entartrage, corrosion, vie limitée des appareils électroménagers, l’eau du robinet peut être le support de diverses nuisances, même si ces inconvénients ne mettent pas en cause la qualité intrinsèque de l’eau de distribution.

Lors d’un traitement écologique, il n’y a pas de transformation chimique ou physico-chimique dans l’eau ni la moindre utilisation de produits nocifs pour l’environnement. Un tel traitement respecte pleinement les règlements imposés par les autorités sanitaires.

La Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) ainsi que les différents laboratoires cantonaux s’engagent en faveur d’un approvisionnement sûr et durable de l’eau potable. Ces institutions sont là pour vous informer sur les normes techniques et sanitaires à respecter.

Un marché en plein essor

Bien qu’il soit encore mal connu, le marché du traitement écologique, pour traiter l’eau de boisson, devient de plus en plus performant et prend une part non négligeable dans le secteur de l’eau pour la consommation humaine.

L’accroissement d’intérêt suit la courbe ascendante des consommateurs bio; car pour être sain, il faut accompagner une nourriture saine avec une eau saine. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on réalise que la quantité moyenne d’eau contenue dans un organisme adulte est de 65%.

Et en Suisse?

Bien que considérée comme excellente, l’eau distribuée en Suisse est collectée depuis une ou plusieurs sources, provient de captages des nappes phréatiques ou est pompée de lacs. Suivant sa composition sanitaire, l’eau subit différents coupages mais aussi des filtrations et des désinfections pour respecter les normes de consommation usuelle.

Les inconvénients de ces techniques sont qu’elles altèrent les principaux éléments actifs de l’eau qui sont une richesse pour la santé humaine et animale. Avec un traitement écologique physique adéquat, ses vertus initiales sont réhabilitées en dynamisant les oligo-éléments et les sels minéraux présents dans l’eau.

Si l’eau suisse est si parfaite, pourquoi chercher plus loin?

Si l’eau de ville est conforme à la législation, elle n’est pour autant pas parfaitement adaptée à l’utilisation domestique.

Ainsi, même s’il ne s’agit plus de rendre potable une eau qui a été rigoureusement traitée par le distributeur, il convient de répondre à certaines préoccupations du consommateur final, en respectant les teneurs autorisées en nitrates, phosphates, fer, etc. Si le ménage comprend une femme enceinte et des enfants en bas âge, un traitement écologique adéquat ne constitue nullement un luxe superflu.

Entre le centre de distribution et votre maison il y a des collecteurs, des pompes, des canalisations en fer, en fonte, en fonte plastifiée, en acier galvanisé et, depuis une trentaine d’années, de plus en plus de conduites en plastique.

Ces différents passages altèrent la qualité intrinsèque de l’eau, la dégradent de petites particules non bénéfiques pour les installations sanitaires et la consommation humaine, alors qu’elle devrait être pure et vive.

A l’heure où l’accès à l’eau n’est pas encore menacé dans notre pays, profitons de la richesse de cet or bleu en privilégiant les traitements écologiques qui nous préservent et protègent notre environnement.