Lancée en mars 2018 par l'Etat de Genève, la campagne de sensibilisation "OH MON EAU" accompagne les travaux menés par le canton pour protéger le lac Léman et les 330 km de cours d'eau du territoire.

Une meilleure connaissance des milieux aquatiques pour la protection de nos écosystèmes

Entretien auprès d'Antonio Hodgers, conseiller d'Etat en charge du département du territoire (DT).

Quels sont les principaux défis pour la préservation et l'amélioration de l'état des cours d'eau et du lac que doit relever l'Etat de Genève pour les 10 ans à venir ? 

Pour n'en citer que quelques-uns, poursuivre évidemment la renaturation et l'entretien des cours d'eau; améliorer l'efficacité des réseaux d'assainissement et le traitement de certaines substances problématiques par les stations d'épuration, tout en poursuivant activement la réduction des rejets à la source; continuer à faire connaître les cours d'eau, les services qu'ils offrent et les enjeux qui concernent leur gestion, tout comme le travail de sensibilisation.

Nous devons aussi rester très vigilants et performants sur la détection et la maîtrise des nouvelles menaces, notamment les micropolluants.

Et si vous pouviez faire un vœu ?

Que les cours d'eau, les lacs, les océans puissent revenir à leur état naturel, tout en garantissant la protection et l'approvisionnement de chaque être humain ! Mais tout en composant avec l'état actuel, un gros travail s'annonce pour remédier durablement à l'amélioration de la qualité des eaux.

En complément, si tout le monde pouvait se rendre compte de l'importance des êtres vivants peuplant nos cours d'eau, je pense que nous aurions tous un cadre de vie plus agréable et des ressources mieux protégées. 

Les beaux jours arrivent à grands pas et avec eux, toute une série d'activités extérieures. Quelles recommandations pouvez-vous donner ?

Tout d'abord, économiser l'eau potable, bien sûr. En matière de jardinage, opter pour des alternatives naturelles aux pesticides et autres produits chimiques.

Pour le nettoyage des balcons, terrasses et toitures, il faudrait utiliser de l'eau sans produit ou faire attention au dosage car ces déversements partent directement dans les cours d'eau. Quelques mesures de prudence s'imposent aussi pour l'élimination des eaux de piscine qui doit se faire via le réseau des eaux usées.

Au fond, est-ce facile ou compliqué d'être aqua-responsable ?  

Il sera toujours plus facile de faire attention et de diminuer la dose, mais bien plus compliqué de désintoxiquer et de dépolluer nos cours d'eau. Je choisis la facilité d'être aqua-responsable !

Saviez-vous que les grilles sur les routes et les rues mènent directement à la rivière ou au lac ?

Si à la maison vos eaux usées rejoignent les stations d'épuration (STEP) pour être traitées, ce n'est pas le cas des eaux de pluie qui sontrécoltées par les grilles d'égout pour finir la plupart du temps dans les cours d'eau ou le lac.

Il est malheureusement encore relativement fréquent de voir des eaux polluées déversées dans la grille la plus proche (lors de nettoyage de voiture à des endroits non-autorisés, nettoyage de devanture de magasin avec des produits chimiques, vidange d'huile ou de peinture, etc.), tout comme des déchets (mégots, plastiques) qui sont jetés dans la rue. Et tout ça finit dans les eaux de surface, avec les mouettes, les poissons et les baigneurs, sans avoir été filtré ou traité…
 

Des gestes faciles pour éviter les situations compliquées

Entretien auprès de Gilles Mulhauser, Directeur général de l'Office cantonal de l'eau (OCEau) de l'Etat de Genève

Pourriez-vous nous donner quelques exemples de gestes aqua-responsables ?

Oui, nous pouvons toutes et tous adopter des gestes simples au quotidien. A la maison, on veillera à ne pas jeter les déchets solides, les médicaments et les huiles usagées dans les toilettes ou les éviers.

Certains liquides toxiques tels que les dissolvants et les diluants pour peinture doivent être eux apportés à des points de collectes dédiés.

Quels produits ménagers devrait-on privilégier ?

La liste est longue mais il conviendrait déjà de choisir des produits de nettoyage sans eau de javel ni désinfectants biocides, des produits vaisselle sans phosphates mais avec des composants biodégradables, des papiers toilettes recyclés et sans impression, ainsi que des soins du corps les plus neutres possibles.

Et tout cela, en faisant attention à la dose !

Quelle est l'importance de ces actions de sensibilisation et l'adoption de gestes responsables ? 

Ces campagnes, ces bons gestes, tout comme les animations nature qui sont organisées sur le terrain, permettent de faire prendre conscience de la nécessité d'avoir des milieux naturels qui fonctionnent bien.

Elles font partie d'un dispositif d'information du public plus complet concernant aussi la gestion des crues, la renaturation de cours d'eau autrefois malmenés, l'accès à la baignade, ou encore l'amélioration des systèmes d'assainissement.

Tout le monde en tire donc de nombreux bénéfices.

Oui. Des cours d'eau et un lac Léman en bonne santé apportent de nombreux services et bienfaits à la société. Promeneurs, pêcheurs, producteurs d'électricité, d'eau potable, agriculteurs ou amateurs de sport en eau vive, tout le monde en bénéficie!

En chargeant les eaux de substances, on diminue leurs capacités de régulation, telle que son épuration naturelle ou sa capacité à agir sur le climat en rafraîchissant des villes qui se réchauffent de plus en plus.

Sans parler des conséquences directes qu'une eau de mauvaise qualité peut avoir sur la faune et la flore aquatique. C'est pour cela que les stations d'épuration (STEP) sont équipées de systèmes de plus en plus performants, mais il reste un gros enjeu de diminuer les divers rejets à la source. C'est vraiment dans l'intérêt de tous de se doter des bons outils et de permettre aux bassins versants d'atteindre le bon état écologique !

Quels changements de mentalité pourraient favoriser des comportements plus écoresponsables vis-à-vis de l'eau ?

Comme nous avons pu le voir, une meilleure connaissance du parcours de l'eau doit nous amener à ne pas déverser et jeter n'importe quoi dans les grilles. Il faut aussi arrêter de croire que quand il y a plus, il y a encore.

La Suisse, "château d'eau de l'Europe", est une notion qui montre clairement ses limites. Les ressources changent en terme de quantité et sont fragiles en terme de qualité.

Chacun à son niveau doit comprendre qu'il joue un rôle important dans la préservation des cycles et de la bonne santé de l'eau. A mon sens, il s'agit plus que jamais de renforcer les liens directs entre l'homme et son environnement naturel, en se rendant sur le terrain.

L'eau étant constitutive du corps humain, il est essentiel de vivre les milieux qui l'abritent comme une source de santé pour l'humanité. En s'immergeant concrètement dans un milieu aquatique, les questions viennent d'elles-mêmes : qu'aimerais-je y voir, y sentir, y goûter ? Que dois-je faire pour cela ?

Plus d'informations: